Warning: Use of undefined constant full - assumed 'full' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/10/d744751905/htdocs/wp-content/plugins/rss-post-importer/app/classes/front/class-rss-pi-front.php on line 205

Warning: Use of undefined constant full - assumed 'full' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/10/d744751905/htdocs/wp-content/plugins/rss-post-importer/app/classes/front/class-rss-pi-front.php on line 258

Habitat. Un portrait de la Cornouaille

Le prix médian des terrains illustre l’importance de la demande. Ils sont multipliés par 2,5 entre le Cap-Sizun (25 000 €) et le Pays fouesnantais (60 000 €). Les communes concernées par le « secret statistique » sont celles où les transactions sont trop peu nombreuses pour que l’on rende public un prix sans cibler un acte d’achat précis

Le prix médian des terrains illustre l’importance de la demande. Ils sont multipliés par 2,5 entre le Cap-Sizun (25 000 €) et le Pays fouesnantais (60 000 €). Les communes concernées par le « secret statistique » sont celles où les transactions sont trop peu nombreuses pour que l’on rende public un prix sans cibler un acte d’achat précis

L’Observatoire 2018 de l’Habitat, traitant les données de l’année précédente, indique une reprise des marchés du logement sur l’ancien et le neuf. Cette image ne doit pas faire oublier que des nuages sont attendus sur ce secteur en 2019.

« Les chiffres sont très bons, tous les signaux sont au vert sur le marché de l’habitat 10 ans après la crise. Il y a donc un besoin de produire des logements car la demande est forte. On constate notamment des tensions sur le logement social ». Guillaume Menguy, en charge de l’urbanisme à Quimper Cornouaille Développement s’est félicité de la dynamique en cours à partir des données de l’Observatoire « Habitat Cornouaille 2018 » qui vient de sortir.

Quelques données sur le paysage local :

D’abord propriétaires. Le parc des 127 800 résidences principales de Cornouaille est occupé à 72 % par des propriétaires, soit 2 % de plus qu’en 1999. On atteint même des records dans le Cap-Sizun (84 %) et le Haut Pays bigouden (81 %). Par contre QBO et Douarnenez sont en dessous de la moyenne finistérienne avec respectivement 63 et 67 % de propriétaires. Le document souligne le rôle du parc locatif dans sa fonction d’accueil des nouveaux arrivants sur le territoire. En 2015, près des deux-tiers de ceux-ci étaient locataires. Le parc locatif, notamment privé, a donc une fonction d’accueil transitoire avant une accession éventuelle à la propriété.

Sur le marché de l’ancien, 2017 est une année record avec + 16 % de transactions au profit notamment des appartements (+ 22 %).


   Habitat. Un portrait de la Cornouaille

Des prix du simple au double. Après une baisse depuis 2011 puis une stabilisation, les prix des maisons d’occasion ont connu une hausse de 5 % en 2017 avec une valeur médiane de 150 000 €. Ces prix varient beaucoup selon les territoires entre 205 000 € dans le Pays fouesnantais (233 000 € à Bénodet) et 114 000 € dans le Cap-Sizun (90 000 € à Cléden-Cap-Sizun, Goulien et Pouldergat).

En 2017, la construction neuve enregistre de bons résultats avec + 30 % de logements commencés et une hausse de 40 % des autorisations de construction, mais selon des spécialistes cités par l’Observatoire « 2019 s’annonce très compliquée ».

Les terrains grandissent ! Autre constat un peu surprenant, sur le marché des terrains constructibles, la surface médiane repasse au-dessus de la barre des 600 m². « Quand il n’y a pas d’assainissement collectif dans une commune, l’installation individuelle nécessaire implique une surface plus importante », explique l’observatoire. Ces surfaces médianes peuvent varier beaucoup selon les communes : + de 1 000 m² à Beuzec-Cap-Sizun, moins de 500 m² à Pont-Croix ou Douarnenez.

Pour les terrains, le prix médian se maintient autour de 45 000 €.

Le logement social plus demandé. Le parc locatif public constitue 11 % des résidences principales cornouaillaises, la moitié de cette offre se trouvant sur l’agglomération de Quimper. La représentation la plus élevée est à Douarnenez Communauté (17 %) et la plus faible dans le Pays fouesnantais (4,9 %).

En 2017, la demande d’entrée dans le parc locatif public a augmenté. « Elle est liée à la paupérisation de la population, à la décohabitation des ménages et à une image plus qualitative du parc », souligne l’Observatoire. On compte 3,4 demandes par attribution ce qui illustre une certaine « tension » sur le marché. Le délai moyen d’attribution est d’environ huit mois.

Ces chiffres positifs sur quelques années pourraient masquer une tendance qui se renverse. Les intentions de souscrire un crédit immobilier des ménages français se sont écroulées au cours des derniers mois selon certains sondages.

Partager

Tweeter

Envoyer

Imprimer

Agrandir

Mode nuit… Article original

Source Télégramme Quimper

Partagez cette information sur vos réseaux !