Warning: Use of undefined constant full - assumed 'full' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/10/d744751905/htdocs/wp-content/plugins/rss-post-importer/app/classes/front/class-rss-pi-front.php on line 205

Warning: Use of undefined constant full - assumed 'full' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/10/d744751905/htdocs/wp-content/plugins/rss-post-importer/app/classes/front/class-rss-pi-front.php on line 258

Gilets jaunes. La voix des handicapés

Le cortège a fait deux tours au centre-ville avant de rejoindre le café solidaire des Gilets jaunes, place de la Résistance.

Le cortège a fait deux tours au centre-ville avant de rejoindre le café solidaire des Gilets jaunes, place de la Résistance.

Comment résumer le flot de paroles dans les rues de Quimper, ce samedi après-midi ? Ils étaient une petite centaine à tourner sur les pavés. Un défilé ouvert par les fauteuils roulants, pour cette journée dédiée au handicap. Une petite centaine mais autant d’histoires douloureuses. Tel Yves, dit « Baroudeur cassé », venu de Vannes. Il montre son vieux fauteuil dont les roulettes avant sont parties depuis des années. Impossible de se faire financer un fauteuil neuf. « Je garde le sourire », dit-il combatif. Telle Véronique. « On me dit "venez aux permanences". J’habite en milieu rural, je ne peux plus conduire. Donc il faut quémander. C’est usant. On se bat contre le handicap, contre la douleur au quotidien et, en plus, on est submergé de documents administratifs sans aide pour les remplir. Quand vous êtes en couple, vous n’avez pas le droit à l’allocation handicapé si votre mari travaille car le conjoint doit être solidaire. Déjà dépendante dans la vie de tous les jours, on l’est aussi financièrement. Car moi, avec 540 €, je ne peux rien faire pour aménager le logement, acheter le matériel. En milieu rural, on est encore plus isolé. Parfois je reste un mois sans sortir de chez moi sauf pour aller aux soins. On n’a plus le sentiment d’être une personne à part entière. C’est insupportable. Je suis avec les Gilets jaunes car il n’y a pas de partage, pas de reconnaissance du handicap par la société. On n’existe que par le biais de papiers et documents. Les gens ne nous regardent pas en face. Il faudrait des moyens humains ».

« On a trouvé une solidarité »

Il y a aussi Olivier, de Quimperlé, qui suit difficilement le cortège en boitant. « J’ai un handicap de naissance mais j’ai voulu travailler. J’ai cotisé 20 ans avant d’être mis en invalidité à mi-temps, en 2010. Pour ce mi-temps sur mes dix meilleures années, je touchais 786 €. Il y a un an et demi, j’ai été hospitalisé puis déclaré inapte. Pour ce deuxième mi-temps, j’ai 53 € par mois. Aujourd’hui, je touche moins que si j’avais demandé l’allocation adulte handicapé sans avoir jamais travaillé. Elle est de 860 € ».
Et une autre encore. La camionnette qu’elle utilise pour transporter son fauteuil n’a pas passé le contrôle technique. Faute de moyens pour la remplacer, elle est condamnée à l’immobilité. Un mot revient chez tous « justice sociale ». « On a trouvé ici une solidarité », avoue une autre personne.

Toute l'actu des Gilets jaunes

Partager

Tweeter

Envoyer

Imprimer

Agrandir

Mode nuit… Article original

Source Télégramme Quimper

Partagez cette information sur vos réseaux !