Faltazi. Courts métrages en breton et final choc

Faltazi, festival du Film autoproduit, se poursuit à Quimper, ce dimanche. Initiée par l’association Azkrouiñ, la manifestation met à l’affiche des films autoproduits que l’on voit peu ou pas du tout par manque d’écrans disponibles. Ce dimanche, au théâtre Max-Jacob, la séance qui débutera à 14 h sera consacrée à la production bretonne avec les courts-métrages en breton « Dor an avel » de O. Broudeur ; « Herr one » de M. De Brito ; « Haroe un diez » de M. De Brito ; « Dihun » de L. Jerc’heg ; « Ar voest » de l’école Diwan an Oriant ; « An deltenn » de F. Fonseca ; « Boest an Diaoul » de M. In ; « An tornaod » de M. Mallejac ; « Sellet ouzh ar re varv ar gentan » gant G. Oillo ; « Anna Jaouen » de M. Diraison. À 16 h, sera décerné le prix Kino, après la projection des films réalisés par le festival (tarif : 4 €).
Pour ponctuer ces trois jours, un long-métrage sera présenté au Quai Dupleix, à 20 h 30. Réalisé par Juliette Chenais de Busscher (France 2017 – 1 h 16), « Le viol du routier » est une fiction « déroutante » sorte de « Valseuses » à l’envers. Il sera diffusé en présence de l’actrice Clémence Laboureau.

Partager

Tweeter

Envoyer

Imprimer

Agrandir

Mode nuit… Article original

Source Télégramme Quimper

Partagez cette information sur vos réseaux !