Quimper en Cornouaille

Le Blog de Louis MENARD

Louis MENARD
Quimper

Retrouvez ci-dessous votre article :

Mardi matin, une quinzaine de personnes venues de tout le département a répondu à l’appel au rassemblement lancé par Sophie Ménard, mère d’un enfant handicapé. Ils se sont retrouvés devant la Maison des personnes handicapées 29, à Quimper. Une initiative qui a essaimé dans 30 départements aux quatre coins du pays.

Article paru ce jour sur le Télégramme : https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/etre-handicape-n-est-pas-une-faute-11-02-2020-12501432.php

Sophie Ménard n’a plus le temps de lire. À 52 ans, celle qui aimait à dévorer ses six mètres linéaires de livres est bien trop fatiguée pour ouvrir un bouquin, lorsque vient la fin de sa journée. Depuis quelque temps, elle traîne un mal de dos persistant. Cheveux grisonnants sobrement attachés en chignon, les traits un peu tirés, la maman de Loig est à l’origine du rassemblement finistérien organisé devant la Maison des personnes handicapées (MDPH), mardi matin. Une date qui n’a pas été choisie au hasard par le collectif de familles qui s’est constitué pour appeler à un grand rassemblement à l’échelle du pays, puisqu’elle marque le quinzième anniversaire de la loi Handicap et la tenue de la Conférence nationale du handicap.

Nous sommes des invisibles désabusés. On nous prête de l’attention seulement pour de la récupération immédiate.

Loig a 16 ans. Il est polyhandicapé et présente des troubles autistiques. Scolarisé jusqu’à l’âge de 6 ans, il n’a pu poursuivre son cursus scolaire faute de mesures adaptées. Aujourd’hui, c’est Sophie qui l’accompagne au quotidien. Excédée, cette dernière souhaite passer un coup de gueule, « pas contre la MDPH mais contre le système qui nous égorge tous ». « Nous sommes des invisibles désabusés. On nous prête de l’attention seulement pour de la récupération immédiate ». La volonté de cette mère courage ? Sortir de l’anonymat et rompre avec une solitude « renforcée par les difficultés administratives et d’intégration sociale ». « On demande juste le droit pour nos enfants d’exister, d’être des citoyens comme les autres. Arrêtons de faire croire que le handicap ne touche que les autres », martèle-t-elle en jetant un œil attendri à Loig, parti en vadrouille quelques mètres plus loin…

Lire la suite en cliquant ici

 

Akademys - Plateforme de conseils en ligne

Actualités Quimpéroises

Actualités Bretagne