Douarnenez : Bien plus qu’un festival de cinéma

Le Festival de cinéma de Douarnenez a eu lieu du 17 au 24 août 2019. (©Mortaza Behboudi) Depuis 1978, le festival de cinéma de Douarnenez (Finistère) invite des peuples d’ailleurs pour témoigner de leur culture à travers leur filmographie. « On va à la recherche de films de réalisateurs algériens, on les visionne et on voit les grands axes qui en ressortent. Par exemple, la question de la place de la femme en Algérie est dominante. Mais on cherche aussi à défendre l’environnement naturel, social et culturel », raconte Christian Ryo, le directeur du festival. 70 productions pour cette 42e édition  Une dizaine de réalisateurs algériens seront présents lors du festival. Les spectateurs pourront les rencontrer et discuter. « C’est vraiment un lieu d’échanges, de partage et de convivialité. » Le public pourra goûter à une large sélection : des documentaires, des fictions en format court ou long. Les productions, 70 au total, sont choisies pour leur qualité esthétique, leur intérêt et leur thème. Le festival anime plusieurs lieux. Chaque film est projeté deux voire trois fois au cinéma le Club, à l’auditorium de la médiathèque, à la salle des fêtes des Halles et à la MJC de Douarnenez. Une projection en plein air est également organisée à la Pointe du Raz jeudi 22 août à 22 h. Il s’agit d’une comédie grand public : Woman at war de Benedikt Erlingsson. La bande-annonce est à regarder sur YouTube :  Des films bretons L’utilisation de la langue des signes existe depuis 11 ans au festival. Trente à quarante interprètes bénévoles sont présents et une part importante des films est sous-titrée. On veut rendre accessible la plupart de nos films aux sourds. La question des minorités sexuelles est également traitée depuis au moins sept ans. Ce sont des choses qui nous tiennent à cœur. Le jeune public n’est pas en reste non plus. Plusieurs activités sont proposées en fonction des âges. « Les productions sont différentes. On leur fait découvrir le cinéma et les coulisses du festival. Ils rencontrent des invités et participent à des ateliers pour apprendre comment se réalise un film. » Une partie du festival intitulée Grand cru, est consacrée aux productions bretonnes. « On veut aussi présenter notre filmographie. Ces films sont réalisés en Bretagne, » déclare Christian Ryo. Depuis 2010, Daoulagad Breizh a en charge cette sélection. Certains réalisateurs seront là pour présenter leur film. Expositions et débats L’accueil des festivaliers se fait sur la place Stalingrad. C’est ici qu’ont lieu débats, concerts et cours de breton. Le collège Saint-Blaise reçoit les Échappées sonores, des séances d’écoute et de discussions. Diverses expositions se situent à la galerie les Miettes de baleine, au Cri suspendu, à la maison solidaire de Kermarron et au Genou vrillé à Pouldergat. Le public pourra y croiser des photographes algériens parmi lesquels Bruno Hadjih et Youcef Krache. Avec près de 30 000 festivaliers l’an passé, Christian Ryo espère faire aussi bien pour cette 42e édition. Infos pratiques. Du 17 au 24 août 2019, à Douarnenez. Tarifs : 6,50 € la séance et 35 € la carte de 6 séances.

Source: Cote Quimper
Douarnenez : Bien plus qu’un festival de cinéma

Partagez cette information sur vos réseaux !