Algues vertes dans le Finistère : "Un travail sur le long terme"

A Saint-Anne La Palud, il n’y a pas d’algues vertes actuellement. (©Côté Quimper) Pascal Lelarge, préfet du Finistère, a fait un point sur la situation des algues vertes dans le département, jeudi 18 juillet 2019, à Plonévez-Porzay.  Il a rappelé qu’elles faisaient l’objet d’un ramassage régulier. « Il fonctionne, il se fait rapidement et dans de bonnes conditions. »  4 500 tonnes d’algues vertes ont été ramassées en Finistère depuis le début de la saison, un chiffre supérieur à l’an dernier, mais inférieur à 2017.  La collecte des algues vertes dans le Finistère jusqu’au 14 juillet 2019. (©Préfecture du Finistère. ) C’est encore trop, martèlent certains. Le préfet insiste :  L’action conduite pour lutter contre cette prolifération est une action à long terme. Le travail à terre vise à réduire les quantités de nitrate qui partent en mer. Cette présence de nitrates en mer favorise le développement des algues vertes. « Il est dû en partie aux engrais mis sur les parcelles, une petite partie arrive en mer. Tout l’engrais n’est pas absorbé par les plantes, 15 à 20 % fuient, c’est pour cela qu’il y a un encadrement. Nous menons un travail collectif pour améliorer les pratiques culturales. Des formations sont mises en place pour les éleveurs afin d’avoir de bonnes pratiques », rappelle Pascal Lelarge. Et de continuer :  J’ai engagé une action pour changer les choses, avoir moins de pollution chronique et accidentelle.  « Pas un combat contre l’élevage » Il refuse toutefois de pointer du doigt les éleveurs. « L’azote provient pour 2/3 des élevages. Il faut mieux maîtriser la pratique, mais je me désole des raccourcis, ce n’est pas un combat contre l’élevage. » Paul Divanac’h, maire de Plonévez-Porzay (à gauche) et Pascal Lelarge, préfet du Finistère. (©Côté Quimper) Paul Divanac’h, maire de Plonévez-Porzay, pointe pour sa part les progrès réalisés et la baisse de la teneur en nitrate des cours d’eau. « Il y a eu une diminution de 2/3 d’algues vertes sur les plages en neuf ans, il est faux de dire que la situation n’a pas bougé. Oui, il y en avait le 28 juin sur une partie de la page de Kervel. Mais c’est ce jour là que nous avons effectué notre dernier ramassage. » Cause de décès ? Sur cette plage, un homme avait fait un malaise et s’était noyé le 9 juillet. La faute aux algues vertes comme le clament certains, sans preuve ? Le préfet poursuit : « Nous avons réussi à convaincre plein de gens, jusqu’au bout du monde, que nos plages étaient des dangers publics. Toute noyade va être suspecte dans le département ? A chaque fois, les médias appellent, même des Etats-Unis. Oui, il y a des drames, 25 noyades en moyenne par an dans le département, à cause de malaise, d’hydrocution… » En Baie Morlaix début juillet, un ostréiculteur est décédé d’un malaise. « Je ne suis pas procureur, des analyses ont été demandées. Mais la Baie de Morlaix n’a jamais été répertoriée comme un bassin d’algues vertes », souligne Pascal Lelarge. 

Source: Cote Quimper
Algues vertes dans le Finistère : "Un travail sur le long terme"

Partagez cette information sur vos réseaux !